Archive for juillet 2012 | Monthly archive page

Depuis deux ans, des centres de bronzage fleurissent partout en France en proposant des formules de bronzage sur la base d’ « abonnement mensuel forfaitaire offrant un nombre de séances illimitées ». Le bronzage en cabine si souvent décrié est-il dangereux pour la santé ? Un point d’actualité s’impose.

Télécharger l’article

Cette initiative va être renforcée et déployée dans le maximum de centres de bronzage et d’institut de beauté proposant des UV en cabine.

Le SNPBC travaille depuis deux ans à une plus grande professionnalisation du métier d’exploitant de bronzage en cabine en centre spécialisé. Dans ce cadre, le Syndicat a notamment décidé d’améliorer l’information à destination des personnes ayant une faible aptitude au bronzage et présentant des facteurs de risques accrus de cancer de la peau lors d’exposition au soleil ou en cabine, soit 2 à 5 % de la population française.

Télécharger l’intégralité

Depuis l’annonce du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) en 2009, classant les appareils de bronzage à émission d’UV comme « cancérogènes pour l’homme », une association est systématiquement commise entre UV artificiels et cabine de bronzage.

Face à cet amalgame, aujourd’hui encore sur le devant de la scène, le SNPBC tient à rappeler qu’il existe trois sources d’UV artificiels :
– Les rayonnements UV à usage médical (la puvathérapie).
– Les lampes à bronzer à usage domestique.
– Les appareils de bronzage professionnels utilisés dans les centres spécialisés ou centres d’esthétique.

Si l’augmentation des risques de mélanome est démontrée pour les UV artificiels dans leur globalité, le Syndicat précise qu’ils sont avérés pour ce qui concerne la puvathérapie (+ 96 %) et les lampes à usage domestique (+ 40 %), mais que le risque additionnel lié au bronzage en cabine en centre spécialisé est lui non significatif.

 

Télécharger l’intégralité

Le Syndicat National des Professionnels de Bronzage en Cabine s’étonne de la recommandation contenue dans le rapport de la mission d’information du Sénat sur les actes à visée esthétique. Sur les 174 pages que comporte le rapport, une unique page mentionne le bronzage en cabines.

Au préalable, le SNPBC rappelle une nouvelle fois que les études* liant bronzage en cabine et augmentation du risque de mélanome ont été maintes fois critiquées, y compris par la Haute Autorité de Santé elle-même, pour l’absence de rigueur scientifique qui les caractérise.

Le Syndicat rectifie trois erreurs ou interprétations erronées, relevées dans la seule et unique page du rapport consacrée au sujet.

  1. « Les tenants du bronzage en cabine ajoutent encore que [l’exposition aux UV en cabine] favorise la synthèse de vitamine D »
  2. « L’éducation et la prévention […] constituent le meilleur remède à la multiplication des pathologies associées au ‘soleil artificiel’ »
  3. « Les UVA dispensés dans les cabines de bronzage ne font pas bronzer et ne préparent pas à l’exposition au soleil »
Télécharger l’intégralité

Le SNPBC (Syndicat National des Professionnels de Bronzage en Cabine) profite de l’arrivée des beaux jours pour rappeler le principe de la photo-adaptation, mécanisme naturel du corps humain qui régule la dose d’UV absorbée.

L’accoutumance progressive de la peau aux rayons ultraviolets créé une protection naturelle efficace à l’exposition solaire. En effet, au cours de l’évolution, le corps humain a su s’adapter aux rayonnements ultraviolets et conserver ce mécanisme de défense appelé la photo-adaptation. Ce phénomène conjugue une hyperplasie de l’épiderme – ou stratum corneum – à un accroissement de la production de mélanine, limitant l’absorption des UV par la peau.

Télécharger le communiqué