Archive for the ‘Communiqués SNPBC’ Category

Le SNPBC remet en cause la position des autorités de santé françaises qui fustigent les UV en cabine et émettent des réserves démesurées sur l’exposition au soleil.

Le Comité Scientifique du Conseil de Santé des Pays-Bas a pris position en faveur de toute forme d’exposition aux rayonnements ultraviolets, naturelle ou en cabine, précisant que le véritable enjeu se situe dans un usage modéré.
En rendant son rapport d’expertise au Ministère de la Santé des Pays-Bas, ce panel d’experts scientifiques indique que l’utilisation modérée des cabines de bronzage ne peut, en l’état actuel des données scientifiques disponibles, en aucun cas être reliée à un risque accru de développer un cancer de la peau. (…)

Télécharger le communiqué

Le SNPBC s’élève contre les chiffres irresponsables communiqués dans le dernier Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, en date du 23 mai. Il apporte également un complément d’informations fondamentales sur les différentes sources d’exposition : les UV artificiels ne se limitent pas aux UV en cabine.

Les données collectées et disponibles dans la méta-analyse du Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), de 2006, relative aux UV artificiels et leur relation dans le risque de mélanome permettent au Syndicat d’en approfondir les conclusions.
Ces données permettent d’identifier 3 sources d’UV artificiels. Ainsi, il apparaît que les usages médicaux (puvathérapie) et à domicile (lampes à bronzer) augmentent le risque de mélanome respectivement de 96 % et de 40 %. Le risque lié aux cabines de bronzage apparaît comme non significatif1.
Le SNPBC confirme sa volonté d’information et de prévention à l’égard des personnes à risque et confirme que le bronzage en cabine raisonné est une manière sûre d’avoir bonne mine. (…)

Télécharger le communiqué

Une fois de plus, la presse se fait l’écho alarmiste des dangers des UV en cabine. Le SNPBC déplore une attitude polémique et replace une nouvelle fois le débat là où il devrait être, à savoir la protection de la santé des Français.

Dans un contexte où la fréquence du mélanome augmente (comme d’ailleurs tous les cancers), le Syndicat estime que l’énergie de tous devrait davantage être focalisée sur de meilleures campagnes d’information et de prévention à destination des personnes à risque, face à l’exposition aux rayonnements ultraviolets. Le SNPBC constate à regret qu’il semble préférable pour certains de stigmatiser une profession dont ils ignorent tout et qui pourtant, dans le registre de la prévention, agit sur le fond. (…)

Télécharger le communiqué

Face aux contre-vérités annoncées chaque jour sur l’encadrement réglementaire des centres de bronzage, le SNPBC souhaite rappeler aux consommateurs, aux pouvoirs publics et aux professionnels de santé les principaux contours de la législation en vigueur en France. (…)
Télécharger le communiqué

Face aux attaques dont sont l’objet les centres de bronzage depuis plusieurs semaines, le SNPBC s’élève contre l’immobilisme des pouvoirs publics. Alors qu’ils cèdent aux pressions des lobbies sans prendre en compte les pratiques sécuritaires de la grande majorité des centres de bronzage, les pouvoirs publics restent désespérément immobiles sur le sujet des offres dites « illimitées ». (…)

Télécharger le communiqué

Face à la campagne de communication actuelle visant à mettre en garde les utilisateurs de cabines à UV, le SNPBC entend sensibiliser les pouvoirs publics et les professionnels de santé sur la contre-productivité de cette polémique en termes de santé publique et énonce 5 vérités essentielles en matière d’UV :

  1. Il n’y a aucune corrélation entre la localisation des centres de bronzage et celle des cancers de la peau en France.
  2. Aucune étude n’a jamais montré de corrélation entre l’utilisation des cabines de bronzage et l’augmentation du risque de contracter un mélanome pour des populations ne présentant pas de risque.
  3. UV en cabine : une clientèle très raisonnable et une exposition très faible par rapport au soleil ou à la puvathérapie.
  4. Evoquer le risque de cancer de la peau sans mentionner les facteurs de risque est une totale aberration. Il est nécessaire de mieux informer.
  5. Les techniques de dépistage précoce s’améliorent entraînant une baisse du taux de mortalité
Télécharger le communiqué