Une exposition régulière aux UV réduit le risque de maladies cardiovasculaires. Le mécanisme physiologique de ce phénomène vient d’être identifié par l’équipe de dermatologie du Docteur Richard Weller (département de dermatologie de l’Université d’Edimbourg). Il invite à revoir l’équilibre risque / bénéfice de l’exposition aux UV. Le SNPBC milite une nouvelle fois pour des messages plus objectifs de santé publique délivrés à la population française relatifs à l’exposition aux UV (qu’ils soient solaires et en cabine).

Il y a 33 % de maladies cardiaques en moins en Australie qu’en Grande Bretagne, avec moins de décès par crise cardiaque ou par insuffisance cardiaque, et moins d’arrêts cardiaques en général. Le taux de mortalité par maladie cardio-vasculaire est corrélé à la latitude : il augmente de 20 % lorsque la latitude augmente de cinq degrés – entre Londres et Edimbourg, par exemple. Ces écarts s’expliquent par une meilleure exposition aux rayonnements UV tout au long de l’année des populations dans les plus faibles latitudes, et notamment en hiver. La peau contient de larges stocks d’oxyde nitrique (ou monoxyde d’azote), dont le symbole est NO. Le NO est un neurotransmetteur produit par la peau dont l’une des propriétés est d’être un vasodilatateur. Il agit sur le relâchement des muscles lisses des vaisseaux sanguins, augmente le débit sanguin et réduit la pression sanguine. Sa présence dans le sang est corrélée au risque de maladies cardiaques. Le Dr Weller et son équipe du département de dermatologie de l’université d’Edimbourg (Ecosse) ont mis en évidence le rôle des rayonnements UV dans la libération dans l’organisme des stocks de NO contenus dans la peau. Les études ont été menées sur des populations exposées à de simples séances d’UV en cabine. Le constat est frappant : la pression artérielle baisse de manière importante après une séance d’UV en cabine et pendant 1 heure à l’issue de cette exposition.

Pour visionner en ligne la conférence du Dr Richard Weller pendant les Tedx 2013 de Glasgow, cliquez ici.

Télechargez l’intégralité du pdf

Leave a Répondre