1/ Le Syndicat National des Professionnels du Bronzage en Cabine s’insurge de l’adoption, par le Sénat, d’amendements visant à interdire sur le territoire français les prestations de bronzage par cabine UV.

Concrètement, le Sénat semble vouloir décréter la mort du secteur et envoyer 22 000 personnes rejoindre les rangs de Pôle Emploi (soit le nombre d’emplois directs et indirects générés par l’exploitation des cabines de bronzage et qui seront nécessairement supprimés).

Si cette interdiction était confirmée, ce serait une véritable catastrophe économique et sociale.

La France se distingue encore : c’est aujourd’hui le seul pays en Europe à souhaiter adopter une telle législation mortifère.

2/ Les détracteurs du bronzage en cabines invoquent un problème de santé publique.

Le tabac est responsable de 73 000 décès par an en France, 49 000 pour l’alcool. A quand leur interdiction ?

Si les UV sont si dangereux, il faudrait d’urgence prohiber les plages, les terrasses de café, le soleil lui-même !

Utilisé de manière raisonnée, le bronzage en cabine ne présente pas de dangerosité particulière. Les UV naturels (soleil) ou en cabine sont contre-indiqués pour seulement 3 à 7 % de la population française. Ces « sujets à risques » sont connus (couleur de cheveux roux, antécédents familiaux de cancers de la peau, présence de nombreux grains de beauté, etc.). Ils sont informés des risques encourus et découragés, par les opérateurs UV et par des messages d’alerte, de pratiquer des séances de bronzage en cabine. Par contre, la très grande majorité de la population ne présente pas de facteurs de risque. Pour eux, la balance bénéfice / risque est favorable à l’exposition solaire, donc aux UV en cabine.

D’ailleurs aux Pays-Bas, l’exposition aux UV en cabine est recommandée par les autorités de santé en hiver…..

3/ En vérité, ce n’est pas une question de santé publique qui motive cette mesure.

Ceux des médecins qui sont plus intéressés par lifter, épiler ou faire bronzer qu’à soigner veulent un monopole sur les actes de beauté et de bien-être. Lorsque les professionnels du bronzage en cabine seront morts et que toute autre forme de concurrence aura disparu, ces médecins seront les seuls à proposer des prestations de bronzage par UV, sous couvert d’actes « thérapeutiques », remboursés par la sécurité sociale qui plus est !

4/ Le SNPBC appelle le Gouvernement et l’Assemblée Nationale à plus de mesures et de raison.

Les professionnels souhaitent une réglementation équilibrée et protectrice des consommateurs. Mais rien ne justifie l’interdiction globale.

Rien ne justifie de détruire, en une phrase, les emplois et parfois la vie de plusieurs milliers de personnes.

Le SNPBC tient à cet égard à remercier la prise de position équilibrée de Madame la Ministre Marisol Touraine, lors de la discussion au Sénat.

 

Contact presse / SNPBC :

presse@snpbc.org / 06 70 99 04 45

 

A propos du SNPBC :

Créé en 1998, le Syndicat National des Professionnels du Bronzage en Cabine (SNPBC) représente la profession au sein de la Confédération Nationale de l’Esthétique Parfumerie (CNEP). Il est membre de l’European Sunlight Association (ESA) et siège dans les commissions internationales relatives au rayonnement et au bronzage en cabine.

www.snpbc.org

Tags: , , , , ,

Leave a Répondre