Santé publique

Les politiques actuelles de prévention solaire comportent un risque vis-à-vis de la santé publique

Un manque d’exposition aux UV peut entraîner une forte augmentation de la carence en vitamine D, dont l’importance est vitale pour l’organisme.

Le docteur Véronique Bataille, dermatologue et spécialiste du mélanome, indique :

  • «Tant d’énergie a été mise à dire à la population que l’exposition aux UV solaires avait des conséquences néfastes pour la santé que nombreux sont ceux qui prennent aujourd’hui des mesures extrêmes afin de ne pas s’exposer du tout, par l’utilisation tout au long de l’année de facteurs protecteurs d’indice 15.»
  • «L’être humain a besoin de soleil pour rester en bonne santé.»
  • «Il est potentiellement nocif que les personnes comprennent qu’il faille éviter le soleil complètement. Les recommandations doivent être mieux adaptées aux différents types de peau et niveau d’ensoleillement dans le pays.»

Pour connaître la position scientifique de l’Institut Français Soleil et Santé vis-à-vis du risque de santé publique que comportent les politiques de prévention actuelles, consultez leur site.

Le SNPBC rappelle que les spécialistes remettent en cause les politiques de santé publique en matière de prévention solaire car elles sont partiellement responsables de l’augmentation des carences en vitamine D, essentielle pour l’organisme.

Protection des personnes à risque

Pour la majorité des gens, le bronzage au soleil naturel ou en cabine est source de bien-être, de détente et permet d’avoir bonne mine. En revanche pour une minorité de français, il est impératif de surveiller, voire de proscrire totalement l’exposition aux rayons naturels comme artificiels.

Le SNPBC tient à rappeler que le décret de 2013 confirme l’interdiction l’accès des centres de bronzage aux personnes de phototype 1, qui représentent environ 2% de la population française. Il s’agit de personnes dont la capacité de la peau à bronzer est faible à nulle. Chaque année en France, environ 8000 personnes sont concernées par le mélanome. Les experts estiment qu’entre 3 et 7% des français font partie de cette population à risque, que les risques soient d’ordre clinique ou génétique. Pour tout savoir sur les facteurs de risque, retrouvez l’information scientifique sur le site de l’Institut Français Soleil et Santé, en cliquant sur ce lien.

Le Syndicat joue un rôle sociétal majeur de par son action auprès des centres de bronzage, en les incitant à la proactivité vis-à-vis de la prévention des populations à risque. Le SNPBC milite pour une meilleure information, qui ciblerait directement les personnes à risque, au moyen d’auto-questionnaires validés par des experts dermatologues. Aujourd’hui, les campagnes de prévention du mélanome ne sont pas capables de toucher les bonnes personnes. Les centres de bronzage sont des relais d’information puissants et pertinents car chaque personne y trouve l’information adaptée à son propre type de peau. Comme c’est le cas pour ses adhérents, le SNPBC a pour ambition de faire de tous les centres de bronzage de véritables lieux de prévention solaire.
Pour tout savoir sur le diagnostic solaire développé par l’IFSS et promu par le SNPBC, retrouvez sur le site de l’Institut Français Soleil et Santé, l’auto-questionnaire validé par des experts dermatologues, en cliquant sur ce lien.